En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.

paris_13112015_01.jpg    

Recherche
 
Fermer
Vous êtes ici :   Accueil » Nouvelles
 
 

Présentation

Service de santé de la Résistance

Stèles - Parcours de mémoire

Descriptions des lieux & événements - Ces stèles sont ou seront équipées d'un QRCode flashable par les smartphones

Mentions légales

Nouvelles

MESSAGE POUR LA JOURNEE NATIONALE DE LA RESISTANCE 2017 - le 24/05/2017 @ 10:27 par JeandePeyrat

Il y a 74 ans, le 27 mai 1943, au cœur de Paris occupé depuis près de trois ans, quadrillé par l’armée nazie avec le concours des forces de répression du régime collaborateur avec l’occupant que présidait Pétain, se réunissaient 48 rue du Four les représentants de huit grands mouvements de Résistance, de six partis politiques résistants ainsi que des deux centrales syndicales clandestines, autour de Jean Moulin .

Cette réunion était un moment historique : à son issue naîtra, sous la présidence de Jean Moulin, le Conseil National de la Résistance, le CNR. L’événement sera en effet de portée considérable : toutes les forces de la Résistance, jusque-là dispersées, vont être désormais coordonnées, il ouvrira la voie à l’unification au sein des Forces Françaises de l'Intérieur (FFI) des différentes structures militaires de la Résistance, il va conduire à l’élaboration, puis à la publication dix mois plus tard, en mars 1944, du Programme du CNR : « Les Jours Heureux ».

Evénement de portée considérable puisque, lors de sa réunion constitutive, le CNR, en se plaçant sous l’autorité du Comité National Français présidé par le Général de Gaulle, va aussi permettre au chef de la France Libre, de s’affirmer comme étant le seul représentant de l’ensemble de la France Combattante, en lutte de Résistance sur le sol national occupé et combattant sur tous les autres théâtres d’opération où s’illustraient, aux côtés des Alliés, les Forces Françaises libres.

Patriotisme, humanisme, idéaux démocratiques et aspiration à une société solidaire, à un monde juste et en paix, furent les valeurs qui motivèrent l’engagement des Résistantes et des Résistants dans le combat contre l’occupant nazi, et le régime pétainiste complice de ses crimes .

Ce furent les valeurs inspiratrices du Programme du C N R, qui dessina les contours d’une France rénovée après sa libération, d’une France démocratique sur les plans politique, économique et social, d’une France solidaire ; programme qui permit de redresser économiquement la France, d’affirmer son indépendance nationale, en même temps que de promouvoir des avancées formant encore aujourd’hui le socle de notre protection sociale.

Soixante-quatorze ans après la victoire le 8 mai 1945 des peuples et des armées alliées sur la barbarie du nazisme et des fascismes, le monde contemporain connaît hélas toujours la guerre, l’oppression, le racisme, les discriminations et épurations ethniques, les persécutions religieuses, le sous-développement social et culturel de populations entières, les actes de terrorisme barbare, tels ceux qui ont frappé la France en 2015, 2016 et en ce début 2017, vrais fléaux contre lesquels il faut se dresser sans faillir.

Les héritiers des idéologies criminelles vaincues en 1945 relèvent la tête, dans ce contexte, les valeurs humanistes, démocratiques et patriotiques pour lesquelles luttèrent les Résistants, cette aspiration à une France et à un monde meilleurs, plus justes et solidaires restent plus que jamais d’actualité.

C’est pour assurer leur nécessaire transmission aux jeunes générations, pour répondre à leur besoin de connaissance, de repères et de mémoire qu’avec l’Association Nationale des Anciens Combattants et Ami(e)s de la Résistance, l’Union Française des Associations de Combattants – l’UFAC, a demandé l’instauration d’une Journée Nationale de la Résistance le 27 mai, moment privilégié d’hommage à la place de la Résistance dans l’histoire de notre pays, d’hommage aux Résistantes et Résistants qui ont lutté et trop souvent sont tombés pour sa liberté dans la France occupée et dans les camps de la mort.

Cette Journée Nationale de la Résistance, est inscrite désormais dans le calendrier mémoriel officiel de la Nation.

S’adressant le 8 mai 2015 aux lauréats nationaux du Concours National de la Résistance et de la Déportation, Louis Cortot, Compagnon de la Libération, Président de l’ANACR leur délivrait ce message : « Réfléchissez, n’acceptez pas les injustices, agissez. Pas parce que vous êtes sûr de réussir, mais parce que c’est juste : c’est cela avoir un idéal.

«Restez toujours vigilants. Intéressez-vous à ce qui se passe en France, en Europe, dans le monde. Tout vous concerne.

«Défendez vos droits, mais ayez aussi conscience de vos devoirs

«Vous pouvez le faire. J’ai confiance en la jeunesse

C’est cela l’esprit de la Résistance.

La Présidence de l’ANACR

Cécile ROL-TANGUY Henriette DUBOIS Pierre MARTIN


EN FIDÉLITÉ AUX VALEURS DE LA RÉSISTANCE - le 26/04/2017 @ 13:53 par JeandePeyrat

En ce premier semestre 2017, le peuple français a été et est appelé - lors des élections présidentielles et législatives - à choisir celles et ceux qui auront à diriger la France dans les cinq prochaines années, à choisir des options qui engageront son destin pour plus longtemps.

Le résultat obtenu le 23 avril par la candidate du Front National au premier tour de l’élection présidentielle – plus de 7 600 000 voix, plus d’1,2 million de plus qu’en 2012 – soulève une vive inquiétude, car elle traduit une progression des idées xénophobes et liberticides qu’elle professe ; inquiétude d’autant plus grande que d’autres candidats, par conviction ou surenchère démagogique à visées électoralistes, s’en sont parfois fait l’écho.

Cette progression révèle l’ampleur de la crise morale, sociale et de la démocratie que connaît notre pays, très largement la conséquence de la remise en cause -encore accentuée cette dernière décennie - du pacte social et républicain mis en place à la Libération en s’inspirant du Programme du Conseil National de la Résistance (C.N.R.), de la remise en cause des principes de maintien de la paix, de coopération entre les nations et de solidarité entre les peuples concrétisés par la création de l’ONU en 1945.

Fidèle aux valeurs humanistes, patriotiques et démocratiques de la Résistance, ayant inspiré la lutte des Résistantes et Résistants, l’Association Nationale des Anciens Combattants et Ami(e)s de la Résistance n’a cessé, depuis sa création en 1945, de combattre la xénophobie et les résurgences du fascisme, masqué ou non, de se prononcer pour une société juste et fraternelle, pour un monde pacifique et solidaire.

A l’heure où, en mai et juin prochain, les Françaises et les Français vont à nouveau devoir s’exprimer, en élisant le nouveau Président de la République et les député(e)s d’une nouvelle Assemblée nationale, l’ANACR les appelle à - en conscience et en toute liberté - prendre en compte dans la détermination de leurs choix ces valeurs exprimées par le Programme du CNR, ainsi que la nécessité de prolonger, sans faiblesse ou complaisance, le combat antifasciste des Résistant(e)s.

Paris, le 24 avril 2017

L’ANACR


Jeantou 11 03 2017 - le 13/03/2017 @ 20:40 par JeandePeyrat

L'ANACR-Corrèze a le plaisir de vous faire part de la naissance de « Jeantou », le 11mars 2017 à Argentat, par une belle journée printanière.
Il mesure 20 cm et pèse 90 grammes tout de laine vêtu.

jeantou_2017.jpg
Sa maman, Yvonne Bourgès, se porte bien, son papa Léon dit Pétalugue aussi, même s'ils lui ont donné une trentaine de petits frères. Qu'ils en soient chaleureusement remerciés.


Ce petit bonhomme au visage « bleu-blanc-rouge », coiffé du béret et chaussé des sabots corréziens, connaît déjà la Marseillaise et le Chant des Partisans !


Plus sérieusement... d'après la maman, il est né de la réalité des témoignages de notre regretté Jean Maison, qui ne manquait jamais de rappeler que sans les braves petits paysans corréziens, sans la solidarité de leurs familles : femmes « au four et au moulin », au lavoir ou par les chemins, anciens et enfants bouches cousues ou vives sentinelles, la Résistance n'aurait pas pu survivre et opérer.


Sa grande famille de l'ANACR-Corrèze l'accueille avec joie et émotion comme mascotte, symbole de la Résistance corrézienne et du souvenir impérissable de notre cher Jeantou qui nous a quittés en 2016.


Communiqué national de l'ANACR - le 10/03/2017 @ 16:48 par JeandePeyrat
Communiqué national de l'ANACR

Communiqué de l'ANACR-Corrèze, 06 03 2017 - le 07/03/2017 @ 07:30 par JeandePeyrat

L'ANACR est en deuil : notre Président national de l'ANACR Louis Cortot, nous a quittés le 05 03 2017. Compagnon de la Libération, Croix du combattant volontaire de la Résistance, Croix de guerre 1939-1945, il venait d'être élevé au grade de Grand Officier de la Légion d'Honneur.

Louis CortotRésistant de la première heure , il avait participé à la libération de Paris en août 1944, au côté de Henri Rol-Tanguy, commandant des FFI de l'Ile de France. Il y avait été blessé à la tête, perdant un œil et une partie de son audition. En 2016, il avait présenté, à la demande du Président de la République, son parcours de Résistant aux lauréats du Concours National de la Résistance et de la Déportation , lors de la remise des prix au Palais de l'Elysée.

Il avait tissé des liens particuliers avec la Corrèze et son co-président du comité départemental ANACR , Ami de la Résistance, Bernard Delaunay. En 2005, il avait répondu à son invitation de participer à une journée de « Connaissance de la Résistance » à Tulle, pour le 60eme anniversaire de la Libération. En 2014, il avait été heureux de présider le Congrès national de l'ANACR à Brive aux côtés de ses co-présidentes Cécile Rol-Tanguy et Henriette Dubois, il n'imaginait pas que ce serait pour lui le dernier. Ces Résistants historiques avaient été accueillis chaleureusement à Brive par Monsieur le Maire Frédéric Soulier, Monsieur le Député de la Corrèze Philippe Nauche et Monsieur le Président du Conseil Général Gérard Bonnet, au sein de la 1ere ville de France continentale libérée par la Résistance et du premier comité départemental ANACR de France.

Il avait alors demandé à Bernard Delaunay d'intégrer la Délégation Permanente du Bureau National de l'ANACR où ils avaient développé des relations fraternelles. Dernièrement le 19 février, il devait présider l'hommage aux héros de l'Affiche Rouge à Paris, il avait été hospitalisé la veille, il souffrait de nouveau de ses blessures de guerre, c'est son fils Jean-Louis qui avait lu son intervention .

Louis Cortot, Résistant et Président de l'ANACR, était un personnage profondément humain, chaleureux, respectueux de ses interlocuteurs, consensuel, profondément attaché aux valeurs du Conseil National de la Résistance. Il était un homme bon, dont la modestie n'avait d'égale que la Haute estime que lui vouaient tous ceux qui le connaissaient, nous ne l'oublierons pas.

Après ses compagnons Henri Rol-Tanguy et Robert Chambeiron , c'est un grand président de l'ANACR qui s'en est allé, il laisse à ses deux co-présidentes la mission de continuer, avec les Amis, à transmettre le message humaniste de la Résistance.


Notre président de l’ANACR, Louis Cortot , Compagnon de la Libération est décédé ce jour 05 03 2017 à Paris , l’ANACR est en deuil.

Nous relayons cette information aussi dans les médias nationaux , la date des obsèques n’est pas encore fixée, vraisemblablement un hommage national lui sera rendu.


Projection-débat - Souvenirs de Léon Leygnac - le 03/03/2017 @ 17:39 par JeandePeyrat

73ème anniversaire du martyre des Héros de l’Affiche Rouge

Le 19 février 2017, cimetière parisien d’Ivry -sur-Seine, placée sous la Présidence d’honneur de Monsieur Jean-Marc TODESCHINI, Secrétaire d’Etat aux Anciens Combattants et à la Mémoire, et la Présidence de Monsieur Louis CORTOT, Compagnon de la Libération. Dépôt de Gerbe par Jacques VARIN, Secrétaire Général de l’ANACR et Bernard DELAUNAY pour le Bureau National de l’ANACR
img_0067.jpg
Prise de parole de Bernard DELAUNAY pour l’hommage au Groupe Manouchian-Boczov , au nom du Bureau National de l’ANACR
img_0080.jpg


Elle a osé… - le 18/02/2017 @ 00:52 par JeandePeyrat
Un texte d'Hélène Mouchard-Zay, fille de Jean Zay :

Elle a osé…

Après avoir rapté avec cynisme le concept de laïcité pour en faire une machine de guerre contre les musulmans, voilà que Marine le Pen, dans son programme, ose invoquer le nom de Jean Zay, citant une phrase de la circulaire signée par lui en 1936, qui interdit tout signe politique dans les établissements scolaires.

Mais sait-elle pourquoi Jean Zay réaffirme avec force dans cette circulaire le devoir de laïcité dans les établissements scolaires ? Ceux en effet qui, dans les années 30, menacent la laïcité, ce sont essentiellement les ligues d’extrême-droite qui, pour détruire la République, maintiennent l’agitation dans les établissements scolaires et cherchent à y introduire leur propagande, par toutes sortes de ruses : tracts, recruteurs, enrôlement, etc . C’est contre les menées de ces ligues que Jean Zay veut protéger les enfants, et par la protection de la loi . L’année suivante, il rappelle que l’interdiction vaut aussi pour les propagandes confessionnelles. : « Aucune forme de prosélytisme ne saurait être admise dans les établissements… » .


Loin de prôner une « neutralité » qu’invoque M. Le Pen, Jean Zay appelle les enseignants à la mobilisation pour la défense de la République et les valeurs qui la fondent . S’il refuse tout militantisme politique, idéologique ou religieux dans l’école, c’est au nom des valeurs qui fondent la République et que combat au contraire M. le Pen : il veut une école qui apprenne à juger par soi-même et non à applaudir des hommes – ou des femmes – providentiel(le)s. Il veut une République ouverte, fraternelle, solidaire, qui n’exclut personne en raison de ses origines ou de sa religion, et dont le fondement est une école qui accueille tous les enfants, quels qu’ils soient, et qui tente de les ouvrir au monde.


En 1940, c’est cette même extrême-droite qui accueille comme une « divine surprise » (Maurras) l’accession au pouvoir, grâce à la victoire de l’Allemagne, de Pétain et de ce régime qui va s’empresser de mettre à mort la République, avant d’engager les persécutions contre ceux qu’il désigne comme « l’anti-France ». Ses journaux, en particulier Gringoire et Je Suis Partout, ne cessent pendant toute l’occupation d’alimenter la haine contre les juifs et les résistants et Jean Zay, depuis toujours détesté par l’extrême-droite, continue à être l’une de leurs cibles principales. La milice s’engage activement dans cette chasse à mort contre les juifs et les résistants. Cette même milice qui assassinera Jean Zay en 1944 …


Le FN est l’héritier historique de cette extrême-droite française, maurassienne et pétainiste. Il ne s’en est jamais démarqué, et chacun peut constater l’inspiration maurassienne des idées qu’il développe.

Hélène Mouchard-Zay


Chant des Partisans

Inscrivez vous ...

Inscrivez vous comme membre sur ce site pour avoir accès à tous les services.

 

Inscrivez vous également à la lettre d'information pour être au courant des nouveautés.

Préférences


Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
<O>


  775033 visiteurs
  3 visiteurs en ligne

  Nombre de membres 32 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!

Lettre d'information

Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.

Avant de soumettre ce formulaire, veuillez lire et accepter les Mentions légales.

J'accepte :
Recopier le code :
18 Abonnés

Calendrier des Assemblées Générales en Corrèze

ANACR-Corrèze : Journées « Connaissance de la Résistance » 2017

Consultez le calendrier

Infos diverses

Pour le calendrier des commémorations et autres rendez-vous merci de rechercher les précisions dans dans la presse et les autres médias.

 

Recherche
 
Fermer
Vous êtes ici :   Accueil » Nouvelles

Ce site est compatible avec les smartphones et tablettes. Il est Responsive Web design et répond aux normes Google Mobile-friendly.

Ce site et les fichiers des membres ne sont pas déclarés à la CNIL - Dispense n° 6 - Délibération n° 2005-284 du 22 novembre 2005