Stèle du Pont de Cornil

Stèle du Pont de Cornil commémorant la Libération de Tulle
 

Comme à Brive, la libération de Tulle est le résultat d'un long processus d'actions de la Résistance des Francs-Tireurs et Partisans (FTP) et de l'Armée Secrète(AS) ayant conduit à l'encerclement des 2 garnisons allemandes. Les parachutages alliés du mois de juillet 1944 ont  fourni aux troupes de Résistants des munitions leur permettant de contrôler les routes et voies ferrées de la Corrèze. Ils interdisaient ainsi les communications terrestres entre les 2 garnisons allemandes  dont les armes lourdes étaient devenues inefficaces contre une Résistance insaisissable.

15 août 1944  à 22 heures, la garnison allemande de Brive capitule sans conditions. Le colonel BOHMER s'engage à faciliter la reddition des autres garnisons de la Corrèze dépendant de lui.

Le lendemain de la libération de Brive, le 16  août, c'est ici au Pont de Cornil, sur la commune de Chameyrat, où se trouvait, à l'époque, l'hôtel restaurant Tavé, que fut signé l'acte de reddition de la garnison allemande de Tulle entre le commandant REICHMANN de la garnison allemande et les FFI (Forces Françaises de l'Intérieur créées en 1944 : réunion AS et FTP*)

L'acte de reddition de la garnison allemande de Tulle s'établit comme suit :

''La garnison de Tulle déposera les armes sans conditions le 17 août 1944 à 8 heures . Les hostilités cesseront le même jour.

Les troupes allemandes seront traitées conformément aux lois de la guerre, telles qu'elles sont définies par les conventions internationales de La Haye, les conventions de Genève et les déclarations des chefs de gouvernements alliés sur les criminels de guerre.

Tout le matériel de guerre ainsi que les approvisionnements seront livrés intacts aux FFI.

La garnison sera rassemblée au lycée pour 8 heures le 17 août (date de la commémoration). Après avoir déposé les armes, elle recevra des ordres du ''commandant Antoine'' Roger Le Cherbonnier, commandant FFI de la Corrèze.

Il est entendu que les médecins, infirmiers et infirmières allemands continueront à donner leurs soins aux blessés allemands. D'autre part, les hommes de troupe seront autorisés à emporter leurs affaires personnelles dans leur rucksak. Les officiers auront un traitement particulier comme le prévoient les conventions de la guerre'' .

La présente convention a été établie en présence et en accord du lieutenant-colonel Jacquot qui le revêt de sa signature avec le ''commandant Antoine'', Roger Le Cherbonnier chef  FFI de la Corrèze, ''le capitaine Hubert'' Léonard  Hounau, chef de l'AS du district de Tulle, le lieutenant FTP ''Joubert'', Jean-Baptiste Champseix et le commandant des forces militaires allemandes de Tulle.

                                                                Aux avant-postes de Tulle, le 16 août 1944  .''

*La sécurité des chefs résistants signataires était notamment assurée par des maquisards FTP du sous secteur B (demandés par JB Champseix) présents dans les bois derrière vous, de l'autre côté de la route (témoignages déposés aux archives).


Date de création : 04/05/2023 @ 10:10
Catégorie : Stèles - Parcours de mémoire -
Page lue 990 fois